Une curiosité, que j'aime à observer, toujours par surprise.
A Rezé, en  face de Nantes de l'autre côté de la Loire, se trouve une belle prairie humide (bon en ce moment, ma main à couper que l'humidité ne se trouve qu'en profondeur...). En temps normal, on ne voit pas cette humidité, on ne la devine que grâce aux herbes qui vivent à cet endroit, à moins que de fortes pluies ne l'ait inondé.
Mais parfois, alors que le temps est sec, un "point" précis de la prairie se trouve couvert d'eau. J'ai mis du temps à comprendre (je ne me suis pas creuser la tête pour non plus. T'façon j'ai pas eu besoin. Lire la suite). Mais comme je suis très intelligente (:mrgreen:) et que je sais par ailleurs que les marées remontent au-delà de Nantes dans la Loire, un jour l'évidence s'est imposée à moi : ce "trou d'eau" comme je l'appelle, n'est autre que la Loire mêlée à l'eau de l'océan, qui se remémore son ancien cours (cette prairie est le "résultat" du comblement d'un ancien bras de la Loire).
Je trouve ça impressionnant. Et magnifique.

Cette photo a été prise en plein hiver, par un froid de canard. Le gel persistant avait décoloré les herbes de la prairie (elle est foisonnante de vert et de doré pâle à l'heure où j'écris). Déclenchement à 1/20 s.


Prairie15110d700Te

(Rezé, 2 février 2010, coefficient de marée : 106)